Skip to main content
Onetouch

Quelles sont les complications du diabète ?

Quelles sont les complications du diabète ?2

Le diabète peut entraîner des complications touchant de nombreuses parties du corps comme le cerveau, les yeux, le cœur, les reins et les nerfs. Les complications liées au diabète peuvent être à long terme (chroniques) ou à court terme (aiguës).

Les complications à long terme se produisent lorsque la glycémie n’est pas bien contrôlée et reste élevée pendant une période prolongée. Gardez votre glycémie aussi proche de la normale que possible, et faites des contrôles et des tests sanguins réguliers selon les recommandations de votre médecin. Cela peut aider à retarder ou prévenir les complications à long terme liées au diabète. Ces complications incluent :

Maladie oculaire

Beaucoup de personnes atteintes de diabète développent une forme de maladie oculaire (rétinopathie) causée par la détérioration des vaisseaux sanguins de la rétine, détérioration due à des glycémies élévées sur une période donnée. Cela peut altérer la vue ou entraîner la cécité. La rétinopathie peut avoir atteint un stade assez avancé avant d’affecter la vue ; il est donc important que les personnes atteintes de diabète fassent régulièrement contrôler leurs yeux. Si cette maladie est détectée à un stade précoce, le traitement peut prévenir la cécité.

Santé buccale

Les personnes atteintes de diabète présentent un risque plus élevé de développer une inflammation des gencives (parodontite) que les personnes non atteintes de diabète. La parodontite peut entraîner des caries et la perte des dents. Une glycémie mal contrôlée peut être la cause d’infections et de problèmes buccaux. Une bonne hygiène bucco-dentaire pourra aider à mieux contrôler globalement la glycémie, éviter les caries et la perte des dents ainsi que d’autres complications liées au diabète.

Maladies cardiovasculaires

Les maladies cardiovasculaires sont la cause principale de décès et de handicap parmi les personnes ayant un diabète. Ces maladies sont : l’angine de poitrine (douleur ou inconfort dans la poitrine), la crise cardiaque, l’AVC, l’artériopathie oblitérante (mauvaise circulation sanguine dans les membres), l’insuffisance cardiaque congestive (faiblesse cardiaque qui entraîne une accumulation de liquide dans les poumons et d’autres tissus). L’hypertension artérielle, l’hyperglycémie et les taux de cholestérol élevés (courants dans le diabète) sont des facteurs qui augmentent les risques de maladies cardiovasculaires.

Maladie rénale

Le diabète est l’une des principales causes de la maladie rénale chronique (à long terme). Cette maladie est causée par les dommages que subissent les petits vaisseaux sanguins des reins (néphropathie) et entraîne un mauvais fonctionnement des reins, voire un arrêt total de leur fonction. Le contrôle de la glycémie et de la tension artérielle diminue sensiblement les risques de maladie rénale liée au diabète.

Complications liées à la grossesse

Les femmes avec tout type de diabète risquent plusieurs complications durant la grossesse : les glycémies élevées peuvent affecter le développement du fœtus et présenter un risque de complications aussi bien pour la mère que pour l’enfant lors de l’accouchement. Une glycémie élevée durant la grossesse peut entraîner des changements chez le fœtus, lui faisant prendre du poids et le rendant plus gros que la taille habituelle, ce qui peut entraîner des blessures à l’enfant et la mère pendant l’accouchement, mais aussi une glycémie basse (hypoglycémie) chez l’enfant après la naissance. Les enfants qui sont exposés à une glycémie élevée dans l’utérus ont également plus de risques de développer un diabète de type 2 plus tard. Un suivi attentif de la glycémie pendant la grossesse est très important. Pour les femmes ayant un diabète connu avant la grossesse, la surveillance et le contrôle de la glycémie doivent être démarrés avant la grossesse.

Lésions nerveuses

Les lésions nerveuses (neuropathie) résultent d’une glycémie élevée prolongée, qui peut endommager tous les nerfs du corps. La forme la plus courante est la neuropathie périphérique, qui affecte principalement les nerfs sensoriels des pieds. Cela peut entraîner des douleurs, des picotements et une perte de sensation. En cas de neuropathie, les blessures peuvent passer inaperçues, entraîner des ulcères, des infections graves, et nécessiter dans certains cas des amputations. Les lésions nerveuses peuvent aussi entraîner un dysfonctionnement érectile (problèmes sexuels chez les hommes), ainsi que des problèmes urinaires, de digestion et de plusieurs autres fonctions.

Pied diabétique

En plus des lésions nerveuses, les personnes ayant un diabète peuvent souffrir de problèmes de mauvaise circulation dans les pieds, en conséquence de la détérioration des vaisseaux sanguins. Ces problèmes augmentent les risques d’ulcères, d’infections et d’amputation. Les personnes atteintes du diabète ont un risque d’amputation jusqu’à 20 fois plus élevé que les personnes non atteintes. Cependant, avec une bonne prise en charge de la glycémie, une grande partie des amputations peut être évitée. En raison de ces risques, il est important que les personnes ayant un diabète examinent leurs pieds régulièrement pour détecter les complications à temps.

Des complications aiguës (à court terme) peuvent être liées aux taux bas ou élevés de glucose dans le sang. Il peut s’agir d’une hypoglycémie et de crises connexes comme les convulsions ou d’une hyperglycémie et de crises connexes comme l’acidocétose diabétique et l’état d’hyperglycémie hyperosmolaire. Ces complications se déclenchent généralement de manière soudaine et sont potentiellement fatales. Elles peuvent heureusement être prévenues si elles sont traitées rapidement.

Hypoglycémie : glycémie basse3

L’hypoglycémie signifie « glycémie basse ». Parfois appelée « hypo », elle peut survenir à tout moment de la journée ou de la nuit. Vous souffrez d’hypoglycémie lorsque votre corps n’a pas suffisamment de sucre à utiliser comme source d’énergie et que votre glycémie est inférieure ou égale à 70 mg/dl.

Les signes et symptômes de l’hypoglycémie sont notamment les suivants :

  • Faim extrême et soudaine
  • Mal de tête
  • Tremblements
  • Faiblesse/fatigue
  • Sueurs froides
  • Rythme cardiaque rapide
  • Anxiété/nervosité
  • Irritabilité

Que devez-vous faire en cas d’hypoglycémie ?

  • Vérifier votre glycémie pour confirmer qu’elle est inférieure ou égale à 70 mg/dl.
  • Appliquer la règle des 15/15 :
    • Prenez 15 grammes de glucides rapides, par exemple : un petit verre de jus de fruits, 3 à 4 cuillères à café (1 cuillère à soupe) de sucre dans de l’eau, du gel ou des comprimés de glucose (voir la notice pour une quantité de 15 g).
    • Attendez 15 minutes et mesurez à nouveau votre glycémie.
    • Si votre glycémie est toujours basse, continuez à :
      • Alterner 15 grammes de glucose et attendre 15 minutes pour mesurer votre glycémie, jusqu’à ce qu’elle atteigne une cible acceptable.
  • N’oubliez pas de prendre le repas suivant ou une collation pour empêcher toute autre réaction liée à l’hypoglycémie.
  • Si les symptômes persistent, consultez votre médecin.

Une hypoglycémie non traitée peut évoluer vers un changement de l’état mental, entraînant une extrême confusion, une perte de connaissance et, dans certains cas, des convulsions. Il est vivement conseillé de bien connaître vos symptômes d’hypoglycémie et d’être toujours prêt à les traiter rapidement, notamment si vous prenez de l’insuline. Il est également conseillé que vos proches et amis connaissent les signes de vos hypoglycémies et sachent comment les traiter en cas d’urgence si vous n’êtes pas en mesure de vous traiter vous-même. Votre professionnel de santé peut vous aider à expliquer à votre famille et à vos amis les situations d’urgence liées au diabète et à se préparer pour ces situations.

Hyperglycémie : glycémie élevée2

L’hyperglycémie peut survenir quand votre alimentation, votre activité physique et votre traitement ne sont pas équilibrés : trop de nourriture, pas assez d’activité physique et un traitement insuffisant. Elle peut aussi survenir quand vous êtes malade ou stressé. Si vous avez une glycémie élevée, vous êtes plus sujet aux infections. Et une infection peut causer une plus forte augmentation de votre glycémie.

Signes de l’hyperglycémie

  • L’hyperglycémie ou glycémie élevée est un indicateur fondamental du diabète et ses symptômes sont donc les mêmes que les symptômes du diabète. Ceux-ci incluent :
  • Mictions (urines) fréquentes
  • Soif et/ou faim excessive
  • Bouche sèche
  • Perte de poids inexpliquée
  • Vision floue
  • Manque d’énergie et fatigue extrême

Que devez-vous faire en cas d’hyperglycémie ?

  • Appelez votre médecin pour voir si un changement dans votre traitement est nécessaire.
  • Mesurez votre glycémie régulièrement. Selon les recommandation de votre médecin.
  • Buvez plus d’eau pour vous aider à éliminer le sucre en excès dans votre sang par l’urine.
  • Faites du sport modérément.
  • Réduisez les portions alimentaires dans les repas qui suivent.

L’acidocétose diabétique4 survient lorsque des taux élevés de cétones s’accumulent dans le sang. Les cétones sont des composés chimiques produits en cas de manque d’insuline dans le corps et lorsque ce dernier utilise les graisses pour obtenir de l’énergie. Le corps réagit de cette façon lorsqu’il n’est pas en mesure d’utiliser le glucose en l’absence d’insuline ou si la quantité est trop faible et qu’il doit donc brûler des graisses. Les taux élevés de cétones dans le sang agissent comme un poison.

Les signes et symptômes de cet état sont des difficultés à respirer, une respiration rapide ou le souffle court avec une haleine fruitée ; des nausées, des vomissements, des cétones dans les urines ou le sang et une glycémie élevée.

L’acidocétose diabétique est une urgence qui requiert une attention immédiate, avec hospitalisation le plus souvent. Vous devez contacter un numéro d’urgences médicales ou vous rendre dans l’hôpital le plus proche si vous pensez souffrir d’acidocétose diabétique.

Vous pouvez empêcher cette pathologie par un simple test urinaire, disponible dans les pharmacies pour la recherche de cétones. Ne faites pas d’exercice si votre glycémie est supérieure à 240 mg/dl et que des cétones sont présentes dans vos urines. Demandez à votre professionnel de santé des consignes relatives au test de glycémie et cétones à réaliser lorsque des cétones ont été détectées dans vos urines.

L’état d’hyperglycémie hyperosmolaire3 est une situation d’urgence généralement rencontrée chez les personnes âgées dont la glycémie est très élevée. Généralement, une maladie sous-jacente comme une pneumonie, une infection urinaire ou toute autre infection, ou bien le non-respect du traitement contre le diabète, vient déclencher ce problème.

L’état d’hyperglycémie hyperosmolaire cause une déshydratation grave et, s’il n’est pas soigné, peut entraîner des convulsions, un coma, voire la mort. Les autres signes et symptômes sont des mictions plus fréquentes, une soif extrême, de la fièvre et des changements de la vue.

L’état d’hyperglycémie hyperosmolaire est une urgence qui requiert une attention immédiate. Vous devez contacter un numéro d’urgences médicales pour obtenir de l’aide ou vous rendre dans l’hôpital le plus proche.

Pour éviter cet état, contrôlez régulièrement votre glycémie et encore plus souvent lorsque vous êtes malade. Discutez avec votre professionnel de santé pour savoir quand et à quelle fréquence contrôler votre glycémie pendant la maladie.

Comment peut-on prévenir les complications du diabète ?2

S’il n’est pas bien suivi, le diabète peut entraîner des complications, aussi bien à court terme (aiguës) qu’à long terme (chroniques).

Un plan de gestion du diabète complet peut contribuer à prévenir les problèmes de santé liés au diabète. Il peut notamment s’agir de :

  • garder le contrôle de la glycémie ;
  • garder un bon contrôle de la tension artérielle et des taux de cholestérol ;
  • réaliser régulièrement des analyses biologiques et des examens des yeux et des pieds pour détecter et traiter les problèmes au plus vite ;
  • d’apprendre tout ce que vous pouvez apprendre afin de contrôler votre diabète au mieux, notamment :
    • choisir des aliments sains,
    • rester physiquement actif,
    • prendre votre traitement comme prescrit par votre médecin,
    • mesurer régulièrement votre glycémie,
    • savoir comment éviter et traiter les urgences liées au diabète.

2 Atlas du diabète de la FID (8e éd.) (2017). Fédération Internationale du Diabète : Bruxelles, Belgique. Version en ligne consultée le 5 mai 2018 sur http://diabetesatlas.org/IDF_Diabetes_Atlas_8e_interactive_FR/

3 American Diabetes Association. (ADA) Standards of Medical Care in Diabetes–2018. Diabetes Care 2018; 41, Suppl. 1. Version en ligne consultée le 6 mai 2018 sur http://care.diabetesjournals.org/content/diacare/suppl/2017/12/08/41.Supplement_1.DC1/DC_41_S1_Combined.pdf

4 American Diabetes Association. (ADA) – DKA and Ketones. Version en ligne consultée le 7 mai 2018 sur http://www.diabetes.org/living‐with‐diabetes/complications/ketoacidosis‐dka.html

^ MedlinePlus. 15/15 Rule. National Institute of Health (NIH)/U.S. Library of Medicine. Bethesda, MD. Version en ligne consultée le 23 mai 2018 sur https://medlineplus.gov/ency/imagepages/19815.htm

10/2018.FR/GEND/1018/0121